_

 

 

 

INDEX\ CHRONIQUES\ FANZINES\

   

 

 

Mots clés: Metal, underground, noise....

EROTIC DISMEMBERMENT #6 (2010?)
Je lis ce fanzine depuis plusieurs numéros, et il me donne régulièrement l'impression d'être le petit frère plus poli et moins provocateur de DEFIANCE OF GOTHIC NIRVANA:
Le type de contenu est assez similaire, des chroniques de musique tantôt underground, tantôt très underground, allant du métal plus ou moins extrême jusqu'au noise,
à l’expérimental (Avec quelques touches de choses très variées quand ça lui tombe dessus), des chroniques de vieilles VHS, des interviews de groupes plus ou moins "sérieux" (Celle de SHACKLES est pas mal, celle de KOLOB TRUST FUND fait plus discussion entre potes) et 2/3 trucs comme des live reports ou des articles sur les musiciens cultes décédés (Cramps, Stooges, Ramones), sur un éventuel film (Le remake de "A nightmare on Elm street")... Mais le ton est beaucoup moins tordu, moins sarcastique ou délirant que DEFIANCE O.G.N, on est plus face à un fanzine classique d'amateur de musique, avec la différence peut être qu'il a des goûts assez variés, et qu'il a un penchant pour les trucs très underground comme les enregistrements noise expérimentaux qui demandent plusieurs kilos d'herbe avant de dévoiler quelque chose (Si parfois c'est pas juste un effet du Thc?)
Tous les textes ont été tapés sur Pc, avec du cut'n paste par-ci par-là pour illustrer, des flyers, des trucs qui sortent de nulle part... Faudrait peut-être arranger le visuel, il pourrait être plus aguicheur...
En fait si on prend en compte la moyenne des fanzines et de ce que je peux lire sur le web, je dirais que le contenu n'est pas très personnel (Ou plutôt: pas très original), c'est un fanzine fait par un amateur de musique underground qui a du dépasser la trentaine, avec ses préférences pour les K7s, les vinyles et les choses de son époque, avec ses moments de parler franc et ses "goûts de merde", avec ses hauts et ses bas... Je ne pense pas que le contenu fasse trembler ton volcan interne, mais c'est quand même pas mal à lire: On évite la langue en plexiglas de la presse pro (C'est un fanzine), c'est assez varié, les chroniques ne sont pas courtes, et l'éditeur ne débarque pas non plus... Il m'a dit qu'il n'était pas très satisfait par ce numéro, et j'ai du un peu insister pour le recevoir... Enfin il n'y a quand même pas de quoi en avoir honte... (52 pages A4, écrites en anglais)
c/o Sephirotic publishing, Po Box 190702, ST LOUIS, MO 63119, USA.

    Mai 2011