_

 

 

 

INDEX\ CHRONIQUES\ MUSIQUE\ WEST, BRUCE  LAING\         

 

 

 

 

 

 

 

Projets liés:

 

Mountain, Cream

 

 

 

Mots clés:

 

Hard rock - Blues - Rock

 

WEST, BRUCE & LAING
"Why dontcha" LP. 1972.
POLYDOR Records.

J'avais découvert ce disque en cherchant dans la collection de vieux vinyles de mon père, j'avais 13 ou 14 ans et je voulais du hard rock, du hard rock, et seulement du hard rock! Dommage pour moi, sa collection de disques était éclectique, et je devais passer par des enregistrements auxquels je ne comprenais rien pour trouver des trucs bien hard... J'avais notamment bien accroché au premier morceau de cet album de WEST, BRUCE & LAING, et seulement le premier morceau! Le reste pour moi c'était pas du hard, c'était mou, c'était pas bien!

Puis bon le temps a passé, j'y suis revenu plusieurs fois, pour finalement bien comprendre l'ensemble du truc...
Commençons par le premier titre, celui qui m'avait bien botté! "Why dontcha" est un bon morceau du hard rock dans le style originel, qui pète pas mal, j'y vois une sorte de mélange Scorpions/ Ac/dc en un peu plus "bourrin" avec des touches Deep purple, avec des vocaux assez gras et un bassiste qui ne se contente pas de toujours suivre... Simple et efficace, pour l'époque c'était pas de la gnognotte!

Ensuite "Out into the fiels" qui est plus calme, est aussi plus surprenant... On est entre rock, hard rock et progressif, avec un côté presque visionnaire, hanté, laissant ressortir une certaine désolation, comme si un désastre imminent nous laissant tous impuissants allait se produire (Je vois la pochette du premier ANGEL WITCH). Ces chœurs presque rêveurs donnent un côté irréel vachement chouette. Un des meilleurs titres du disque! Classe et assez trippant.

"The doctor" est plus influencé blues, suivant les gammes classiques du style, avec néanmoins assez de pêche et de rythme pour être sympa... J'y ressent du Ted Nugent pour le côté nerveux... Ce chanteur a pas mal de coffre... Et ces effets de glissé donnent un côté chaud presque "stoner" qui coolifie vachement le tout... Vive la fumette.

Sur "Turn me over" on reste dans les gammes blues/ vieux rock, mais l'harmonica chauffe et la batterie est assez rythmée... D'ailleurs l'harmonica chauffe trop, s'il continue il va complètement le déglinguer! Pas trop mon kiff, mais l'harmonica sauve le truc.

Après, le morceau hard blues "Third Degree" dessine une image de gros chien à trois pattes qui se meut lourdement, avec douleur... Il y a un côté un peu tordu qui n'aurait pas déplu aux Melvins s'ils avaient riffé en 1972, quoique le morceau prend une tournure plus classique avec piano, solo de guitare, et on se retrouve dans un café enfumé habituel... Ca aurait pu être plus étrange.

Je retourne le disque.

"Shake ma thing (Rolling jack)" est un titre assez classique entre blues et rock à touches hard, avec un piano néanmoins plus dynamique que la moyenne. Pas mauvais, mais pas mon kiff. J'aime le blues avec des pics (Et donc le Wolverine blues).

Après, "While you sleep" calme le jeu avec du blues acoustique qui sonne bien. Il y a ici de l'espoir, de la chaleur, on pourrait y voir la fin d'une journée relativement bonne. Pas mon truc, mais ça me semble pas mauvais du tout.

Et on accélère le rythme à nouveau avec "Pleasure" qui repart sur des gammes rock'n roll. Le pianiste tape à grands coups de paluches, le solo se tient. Ca n'apporte rien au moulin à broyer du vinyle, mais c'est assez nerveux dans le style. Guns 'n roses auraient pu en mettre dans leur plat de Spaghettis.

Après, "Love is worth the blues" étale le bitume sur la chaussée avec son hard rock assez épais et lourd... On est presque au niveau des premiers Accept niveau "puissance heavy", mais une dizaine d'années avant. Hop, voilà une accélération sabbathique sympa assortie de son solo. Comme on dit en anglais, ce morceau est "Quite cool".

Pour terminer, voilà le retours des chœurs assez irréels sur un bon morceau entre rock et hard rock intitulé "Pollution woman". On retrouve ce côté visionnaire qui me plaît bien... Et il y a ici un truc spécial, une sorte de sentiment de trahison, de s'être fait avoir encore une fois, mais qui n'explose pas sous forme de revanche: Il est contenu, presque caché; Puis l'intensité monte, monte... (Intéressant d'utiliser ici un chant masculin plus soft). Ce morceau, c'est pas rien non plus...

Conclusion: Environ 16 ans après, mon verdict a pas mal changé! Cet album contient plusieurs morceaux vachement bons (Quand le groupe est plus hard rock ou entreprenant), et les autres ont tous un niveau assez bon. En plus les musiciens ne sont pas des manchots, notamment le bassiste qui peut avoir ses propres lignes, le batteur qui en met quelques couches, ou le chanteur qui peut avoir un bon coffre quand il s'y met...
Des fois, quand on est jeune on passe à côté de choses assez trippantes...

Octobre 2011