_

 

 

 

INDEX\ CHRONIQUES\ MUSIQUE\

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots clés:

 

Stoner

 

TUMMLER
"Queen to bishop VI" CD. 2000.
MAN’S RUIN Records.

"Cailleuhusse": Onomatopée étrange enregistrée il y a plusieurs décennies sur un cyborg censé communiquer avec d'autres civilisations... Mais malheureusement son vaisseau a percuté une météorite qui défonce, il a été obligé de s'écraser sur une planète inconnue et ne cesse depuis de répéter en boucle "Cailleuhusse... Cailleuhusse... Cailleuhusse...".
Heureusement, comme je pense au triste sort des cyborgs perdus dans l'espace qui s'ennuient, je vais faire ma bonne action de la décennie et lui envoyer un peu de musique! Mais les transferts intergalactiques de fichiers sont soumis à droits d'auteurs (La Hadopi est devenue une multiplanétaire depuis) alors choisissons plutôt un groupe peu connu, un truc qui passera entre les mailles du filet, sans m'endetter pour deux générations...
Le petit groupe américain TUMMLER devrait faire l'affaire, et leur musique devrait être assez cool pour les longues journées de notre ami le cyborg: Elle est assez chaude et sent le sable, elle est assez variée, tantôt assez lourde, tantôt plus énergique, juste ce qu'il faut pour passer quelques heures sympas pour rouiller en paix.
C'est du stoner classique avec une touche rock'n roll, mais qui joue souvent un peu plus lentement que la moyenne. Je leur trouve parfois un petit côté sludge (Certains pourraient dire "doomy") quand le groupe est plus épais et approche un début de léthargie, on ressent aussi un petit côté ENTOMBED de "To ride..." (Mais avec une production moins typée "Je frictionne le granit bien fort) dans la façon de jouer et pour certaines connotations stoner'n roll assez "grosses". Ils ont aussi parfois un côté "j'men branle" un peu trop marqué pour être du KYUSS, c'est comme un aspect côté rock'n roll à la MOTORHEAD, quand ça suinte le gros, le gras, avec la basse qui vrombit... Mais on le trouve surtout dans le premier morceau, alors afin que cette chronique reprenne un peu de clareté je me sens obligé de vous chuchoter que ce disque c'est un peu comme "Sky valley" de "Cailleuhusse" en version simplifiée, avec moins de riffs et de choses dedans (Et aussi en un peu plus amateur).
TUMMLER c'est un peu le KYUSS du pauvre, mais un pauvre qui aurait quand même pu mettre les pieds dans le sable, assez longuement pour s’imprégner de l'ambiance, de la chaleur, du soleil local... Sans néanmoins avoir le temps de toucher aux fameux cactus,
ni de rêver ses morceaux pour en faire des petites perfections sur bande...
Bon ce disque est plutôt pas mal, mais cinq titres et une intro pour environ cinquante minutes ça fait un peu long du morceau, et donc sur quelques passages je suis obligé de m'accrocher aux dunes (M'accrocher aux dunes, c'est pas évident si vous y pensez deux secondes, surtout dans le désert)... Si seulement le groupe avait désablé ses compositions, en allant plus à l'essentiel, j'aurais pu rester casé entre mes deux enceintes, la bouche grande ouverte, avec la desperados qui coule dedans...

Aout 2011