_

 

 

 

INDEX\ CHRONIQUES\ MUSIQUE\

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots clés:

 

Metal indus - Metal

 

RELICATION
"Utterly disconnected" Demo CDr. 2011.
Autoproduction.

C'est une bonne surprise! Les Finlandais de RELICATION jouent du metal indus proche du style quasi originel, mais là où de nombreux groupes s'approchant de l'indus ont recours à des machines, ces finnois n'utilisent aucunement l’électronique: Il est question d'une formation guitare/ basse/ batterie classique. Car plus que d'approcher la modernité, leur but est de développer une ambiance sulfureuse de fin du monde, de saturation, de marmite prête à exploser.
Pour ceux qui ne l'auraient pas pressenti dans les quelques lignes précédentes, je vais l'ajouter tout de suite: On est proches de l’atmosphère des premiers GODFLESH, et c'est très cool! Il y a non seulement un feeling assez sulfureux, mais aussi les guitares dissonantes, les riffs haut perchés plus "space", ainsi que le chant tantôt revendicatif, tantôt plus aérien, tantôt avec des effets bien délirants à la "Streetcleaner". Puis également la basse saturée assez corrodée... Mais on trouve également d'autres choses...
Bien sur comme la batterie est humaine, le rendu est un peu différent: Moins mécanique, plus organique, ce qui donne un côté plus live (Et parfois plus "rock") au tout... Dans un sens le jeu du batteur peut parfois diminuer un peu le côté apocalyptique (Il est peut être pas assez monolithique), mais de l'autre ça donne un peu de dynamisme.
Je ressens aussi des influences assez notables de VOÏVOD, surtout pour le jeu de guitares en dissonances, qui est parfois assez "recherché", ou plutôt "composé" (Je ne fais pas référence aux enregistrements les plus thrash du groupe, peut-être plus la moitié de carrière aux alentours de "Negatron", quoique certains riffs...)
Puis ils me rappellent aussi les premières démos de DEPRESSOR (Alors qu'ils jouaient un indus metal très influencé Godflesh... Plutôt la deuxième cassette sur laquelle jouait un batteur)... Par moments je me dis également qu'on pourrait penser à certains vieux groupes de Sludge, mais sans tomber si fort dans le trip lourdeur.
Les morceaux les plus hypnotiques ne sont pas au début. Au premier abord le côté plus "metal", ou disons plus "riffs" et "composé" des premiers titres pourrait un peu surprendre celui qui s'attend à de la copie carbone... Puis on s'habitue, on apprécie les différences, et l'avancée dans l'enregistrement prend en lourdeur pour tomber dans le plus Godfleshien...
La production assez simple (Mais quand même suffisamment ronde) pourrait rappeler les enregistrements d'époque moitié des années 90s, amusant car ça pourrait donner un côté rétro ou aider un certain trip '"nostalgique"...
On parle bien d'une autoproduction, tout n'est pas parfait, et il y a des choses qu'on pourrait améliorer... Mais celles-ci n’abîment pas l'ambiance, et j'échangerais sans trop hésiter 20 albums d'éléctro indus trop réfléchis et trop plastifiés contre quelques démos imparfaites de ce style!
Fans de GODFLESH cherchez pas trop loin, si vous n'avez rien contre une dose de VOÏVOD dans votre metal indus, jetez vos oreilles sur RELICATION sans vous poser trop de questions.

Janvier 2011