_

 

 

 

INDEX\ CHRONIQUES\ MUSIQUE\

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots clés:

 

Jazz - Ambiant

 

MILES DAVIS
"Aura" CD. 1989.
CBS Records.

Bizarre, bizarre... Il règne sur cet album une ambiance étrange, un truc pas catholique qu'on ressent assez peu dans les enregistrements de jazz... Une chose qui m’a fait me sentir assez menacé aux premières approches… Un peu comme si l'homme à la trompette était particulièrement mal intentionné et préparait méticuleusement une vengeance ancestrale. Nous sommes au milieu d'une nuit très sombre, l'homme noir pompe sur son cigare pour mieux recompter ses cicatrices, revivre ses blessures anciennes néanmoins pas refermées... La ruelle est froide, humide et obscure, comme noircie par du charbon, les vieux rats à moitié morts se sentent comme pris par une envie folle de danser diaboliquement sur ces rythmes de batterie concassés, relancés par les accoups de claviers faisant l'effet de rackettes de tennis, sur lesquels une trompette puis une guitare peuvent partir en improvisation ou en solo...
Passons ce petit descriptif d'interprétation personnelle qui ne représente pas l'intégralité du disque, mais plutôt certaines pistes, car l’enregistrement global contient son lot de parties sans rythmes, plus ambiantes et menées par une trompette...
L’atmosphère évolue aussi entre le nocturne, le sérieux, le mystérieux, l'austère, ou une simili nostalgie se muant en ambiant inquiétant... Bien sur il y a des choses moins sombres, plus groovy, un peu plus zens, par moments enrobées d'influences tribales ou fusion, ou simplement calmes…
Je trouve que ce disque contient du bon et du moins bon, certaines parties jazz concassées sont assez accrocheuses et certaines parties "ambiant" sont assez parlantes, alors que d'autres choses sont moins intéressantes, un peu longues ou moins inspirées.
Mais même s'il n'est pas parfait, je trouve que "Aura" en a quand même dans le caleçon et qu'il colle bien à l'appellation de "Jazzman fou"... J'avais même imaginé que ce fut une sorte d’exutoire pour Miles Davis qui aurait craqué une bonne série de câbles et lâché un gros truc bien noir... Mais quelques recherches sur le web m'ont montré qu'il n'en était pas le compositeur.

Septembre 2010