_

 

 

 

INDEX\ CHRONIQUES\ MUSIQUE\     

 

 

 

 

 

 

 

Page du groupe:  

 

Atrocity 

 

 

 

Mots clés:

 

Metal indus - Death metal - Power

 

ATROCITY
"Willenskraft" CD. 1996.
MASSACRE Records.

Les métalleux allemands reprennent le style de leur album précédent, "Blut", soit un mélange de Death thrash et de power, mais en le modernisant, le compressant et en travaillant sur l'efficacité. Les morceaux deviennent beaucoup plus ciblés machine de guerre, le jeu devient beaucoup plus précis, presque mécanique, et les instruments beaucoup plus produits sonnent presque comme des machines. De ce fait le groupe sonne assez régulièrement comme un groupe de métal indus, on sent par moments que FEAR FACTORY est passé par là (Mais dans la forme, car c'est plus sombre, torturé, un peu plus décadent... On est ni dans le cyber, ni dans la technologie et ses «merveilles»).
Curieusement, on retrouve trois titres rapides et complètement typés death metal qui auraient presque pu figurer sur leurs premiers disques...  Et au milieu de ces orgies de guitares, se cache "Love is dead", un morceau metal gothique assez réussi et différent de ce qui se fait actuellement car moins gentil et plus sombre (On est pas si loin de EDGE OF SANITY, avec une touche de TYPE O NEGATIVE époque "Bloody kisses").
Alors que "Blut" donnait déjà assez une impression de fourre tout, "Willenskraft" reste dans ce type de ressenti global mais en améliorant la qualité générale des morceaux... Pris séparément ils sont assez efficaces, voir très bons, mais ils évoluent dans des styles parfois assez différents, voir opposés, qui ne s’enchaînent pas forcément au mieux pour une écoute agréable (Passer du métal gothique à du death metal brutal c'est pas forcément génial pour la cohérence d'un album). D'un autre côté la plupart des titres ont quelque chose en commun au niveau de l'atmosphère, ce qui leur permet quand même de laisser couler, mais je me souviens que ça ne ma pas empêché de zapper quand j’étais dans des humeurs moins ouvertes…
J'ai un peu de mal à conclure de façon claire ou accrocheuse... Disons que c'est un disque que j'écoute de temps en temps, et qu'il contient de très bons morceaux, mais que je n’arrive pas à en faire ressortir une ou deux grandes idées… Pour l'auditeur potentiel, il faudra voir si les styles assez différents, la production (Notamment la batterie) et certains morceaux plus faibles ne le dérangent pas.

Juin 2011